Un défi de modélisme pour deux stagiaires

Classé dans : Retour sur... | 0

Accueillant en février 2 stagiaires en couture pendant la même semaine, j’ai eu l’idée de leur donner un défi de taille en terme de modélisme : mettre au point un nouveau modèle en s’inspirant d’un haut des années 1945-50, dans un objectif de réduction des déchets de coupe.

L’idée de départ : travailler sur la réduction des déchets de coupe

Depuis un moment, je pensais à la façon de réduire les chutes de tissu lors de la coupe. En effet, les règles traditionnelles de modélisme induit des pertes non négligeables, même si je suis toujours attentive au plan de coupe pour les limiter et que j’ai des projets dans mes tiroirs pour les valoriser. Je voulais savoir si une réduction en amont était possible.
Lors de mes recherches, j’ai ainsi découvert le « zero waste cutting », qui consiste à créer un patron avec des pièces imbriquées les unes dans les autres sur la totalité du tissu à couper, mais ces techniques complexes sont encore hors de mes capacités techniques. Il me fallait un modèle assez simple pour commencer.

Choix du modèle

En parcourant Pinterest, un modèle de haut sans manches à nouer à la taille, paru dans le magazine Life dans les années 1945-50 m’a tout de suite plu à cause de sa forme de base rectangle et bien sûr de son côté rétro. C’était une base d’inspiration parfaite !

Extrait du Magazine Life (1945-50)

Une mission commune pour 2 stagiaires

Alors, quand le hasard m’a fait accueillir 2 stagiaires la même semaine de février, j’ai tout de suite repensé à ce projet qui me tenait à cœur, à savoir s’initier à des techniques de coupe plus vertueuses.
Le premier jour, j’ai donc présenté le modèle d’inspiration à Susie et Tracy en leur expliquant ma démarche. Elles ont tout de suite adhéré au projet avec enthousiasme. Tracy nous a présenté un modèle assez similaire mais plus long et avec une ceinture nouée au-dessus de la taille. Ce dernier modèle ayant la caractéristique recherchée (à savoir une base rectangulaire), nous avons convenu que chacune d’entre elles travaillerait sur sa variante, mais en partageant leurs calculs et données chiffrées communes (dimensions par taille et dessins d’encolures).
Nous avons également convenu de réaliser des doubles tailles, à savoir 34/36, 38/40, 42/44.

Tracy et Susie travaillant sur les plans de coupe

Au travail!

A partir de toutes ces informations, Susie et Tracy ont commencé les calculs pour définir les dimensions de leurs pièces de base, des ceintures, des encolures et parmentures. Pour chacune des variantes , un premier patron a été réalisé puis une première toile pour se rendre compte du rendu sur le mannequin.
Nous avons fait des ajustements par rapport aux dimensions initialement décidées. Il a donc fallu modifier les patrons et recommencer de nouvelles toiles avec essais sur mannequin de chair cette fois-ci ! Mais le rendu était décevant : les épaules partant trop à l’horizontale, les côtés sous les bras s’ouvrant au moindre mouvement. C’était la fin du deuxième jour et nous étions dans une impasse, à 2 doigts d’abandonner (pour moi en tout cas) … un modèle en apparence si simple mais pas pratique du tout !

Une nuit de réflexion pour sauver une mission

Nous avions donc 2 problèmes à résoudre : les épaules qui ne tombaient pas assez et les côtés qui s’ouvraient trop facilement malgré leur chevauchement. Logique, nos corps ne sont pas de purs rectangles sans mouvement ! Ce n’est pas pour rien que le modélisme classique prend en compte la pente des épaules par exemple. Et sur ses considérations, j’ai passé le début de ma nuit à réfléchir à des solutions.

Mercredi, reprise de l’espoir

Mercredi matin, j’avais hâte de tester les solutions trouvées la veille. Pour les épaules, nous avons finalement opté pour un pli couché vers l’avant à l’extrémité de la ligne de l’épaule côté bras, afin de donner un joli tombé un peu arrondi. Pour les côtés, après discussion, nous avons essayé de coudre une partie des 2 pans depuis le dessous de bras sur une dizaine de centimètres environ. Et les essayages furent enfin concluants sur ses 2 points !

Validation des modèles et du type de tissu

Pour valider les modèles, Susie et Tracy devaient encore modifier leurs patrons pour agrandir l’encolure que nous avions également trouvé trop serrée et marquer les emplacements des plis et des coutures. Et enfin, coudre un nouveau prototype, dans un tissu proche du type de celui que nous avons envisagé au départ (une matière souple et tombante), pour être sûres du bien-aller des petits hauts.
Les derniers essayages nous donnèrent complète satisfaction et fierté d’être aller au bout de l’idée. 

Susie et Tracy s’occupèrent ensuite de la gradation dans les 3 tailles, puis du plan de coupe pour optimiser le placement de chaque pièce sur le tissu.

modélisme
Extrait d’un plan de coupe

Mission de modélisme accomplie !

En conclusion, ce fut une semaine riche en émotions et apprentissages. C’était très agréable de travailler en équipe sur un nouveau projet. Merci à Susie et Tracy pour être entrée si vite dans le projet et avoir rempli leur mission à merveille car leurs formations respectives n’abordent que très peu le modélisme !
Le principal enseignement que je voulais également partager avec vous est que l’apparente simplicité des formes (c’est valable pour tout objet) ne veut pas dire facilité d’exécution. Pensez-y la prochaine fois que vous verrez des créations artisanales d’apparence épurée !

Laisser un commentaire